| observatoire |
www.oid-ido.org

La dette publique de la zone euro est «négative» par Moody’s
15 de enero de 2020

L’agence de notation Moody’s a publié des perspectives annuelles "négatives" de solvabilité souveraine dans la zone euro pour 2020, rétrogradant le bloc de "stable" à la même période l’année dernière.

Le rapport publié mardi a cité "la détérioration de l’environnement mondial" et a suggéré que les économies de la zone euro sont vulnérables à la montée du protectionnisme et des risques géopolitiques, avec leur capacité à gérer les chocs économiques inhibée.

Bien que le rapport annuel soit une mise à jour des marchés et non une action formelle de notation, il a souligné un certain nombre de facteurs qui augmentent le risque d’investir dans la dette des économies de la zone euro en 2020.

Moody’s a déterminé que la fragmentation politique dans de nombreux pays entrave la réforme et ralentira probablement les réponses politiques aux chocs intérieurs ou extérieurs, les gouvernements de coalition minoritaires et multipartites devenant la nouvelle norme et les divergences politiques augmentant au niveau de l’UE.

"Nos perspectives négatives pour la zone euro reflètent le fait que la plupart des États membres disposent de tampons limités pour réagir à l’aggravation de l’environnement extérieur", a déclaré Kathrin Muehlbronner, vice-présidente principale de Moody’s et co-auteur du rapport.

"La détérioration de l’environnement mondial pèsera sur la croissance des économies ouvertes des États membres en 2020, bien que la demande intérieure résiliente, une politique monétaire facile et un assouplissement budgétaire atténueront l’impact."

Des ratios de dette publique toujours élevés devraient également restreindre la marge de manœuvre budgétaire des gouvernements en cas de ralentissement brutal, la politique monétaire "ayant presque épuisé son efficacité", selon le rapport.

"De nombreux souverains de la zone euro – en particulier la Belgique, Chypre, la France, la Grèce, l’Italie, le Portugal et l’Espagne – ont des ratios d’endettement d’environ 100% du PIB (ou nettement plus élevés dans certains cas), ce qui est sans précédent depuis quelques décennies et contraint considérablement leur capacité à utiliser la politique budgétaire pour amortir un net ralentissement de la croissance ", a indiqué le rapport de Moody’s.

"Les ratios d’endettement en France et en Italie ont continué d’augmenter par rapport aux niveaux élevés de l’an dernier, atteignant respectivement environ 99% et 135% du PIB."

La faiblesse du commerce mondial devrait continuer de freiner les exportations et la croissance, tandis que la faiblesse industrielle de l’Allemagne se répercutera sur le reste de la zone euro. Moody’s table sur une croissance tiède du PIB (produit intérieur brut) de 1,2% pour la zone euro en 2020, contre 1,1% en 2019.

En septembre, la Banque centrale européenne a déployé un plan de relance massif, comprenant un programme d’assouplissement quantitatif substantiel et illimité et une nouvelle baisse de son taux directeur, afin de stimuler l’économie de la zone euro.

Le rendement du Bund allemand à 10 ans a baissé à 0,2070% mardi matin, tandis que les rendements obligataires au Royaume-Uni, en Italie et en France ont également légèrement fléchi.